Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blarney Castle

par Elodie M

Aujourd'hui, je suis en forme. Et VLAN, un deuxième article dans la foulée!

Le dernier jour de Jérem sur place, il a voulu faire un peu de tourisme. Nous avons donc décidé d'aller visiter le Blarney Castle, situé à quelques kilomètres de Cork. Et ça valait franchement le détour. Ce château est célèbre pour sa Blarney stone qui est une pierre supposée donner l'éloquence à quiconque est assez courageux pour aller l'embrasser. Winston Churcill est passé par là au début de sa carrière politique.

Nous avons escaladé la tour du château, non sans peine car la tour est très étroite et basse de plafond. Alors moi, avec mon mètre soixante quatre et demi, ça allait encore. Mais le pauvre Jérem a eu bien du mal. Ensuite, c'est pas comme par chez nous où les châteaux sont restaurés et rendus safe avec des rampes, des barrières etc. Ici, c'est écrit à l'entrée du site "vous êtes bien conscients que ce château est une ruine, que c'est dangereux, alors faites gaffe où vous mettez les pieds". 

Nous sommes arrivés tant bien que mal en haut de la tour et une vue superbe s'offre à nous.

Blarney Castle
Blarney Castle
Blarney Castle
Blarney Castle
Blarney Castle
Blarney Castle

Alors, pour embrasser la Blarney stone, il faut se coucher sur le dos, quelqu'un vous tient les jambes, et il faut se laisser glisser le long du rempart la tête en arrière et embrasser cette pierre. On l'a pas fait. J'veux dire, j'suis déjà super éloquente (non, rien à voir avec le fait que j'aie le vertige et ma peur de choper de l'herpès labial, nooooon).

Après ça, nous avons fait un tour dans le domaine du château. C'est immense! Il y a différentes ballades proposées, dont la plus longue dure quatre heures. Mais on n'était pas assez en forme. Nous avons donc choisi la ballade autour du lac de vingt minutes (ouh les faibles). Et tout était absolument magnifique. Nous avons déambulé dans le domaine pendant deux bonnes heures avant de reprendre le bus de retour.

Nous avons vu le lac, les chevaux irlandais, le jardin des plantes-poison, la mini jungle tropicale et la Blarney house qui était malheureusement fermée ce jour là.

Je vous laisse admirer les photos.

Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...
Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...

Il faut que je corrige les réglages de mon appareil photo...

Après cette belle journée, moi je ne voulais qu'une chose: dormir. Mais Jérem décollait le dimanche à sept heures du matin. Donc debout à quatre heures trente pour filer à l'aéroport. Et il me dit "Je préfère ne pas dormir du tout, ce sera plus simple". Bon bin hop, Preachers. Là on est tombés sur le père du barman si sexy (le barman, pas le père hein...). J'étais vraiment prête à partir quand il nous a invités à rejoindre sa bande de potes complètement allumés. Bon, allez, juste une pinte de plus. Et bon, quand j'ai vu Jérem, le mec le plus asociable de la Terre, danser comme une fillette avec ces gars là, j'ai pas pu résister. On les a suivis au BDSM (oui oui, un bar qui s'appelle le BDSM...) et, pour vous décrire mon état, j'ai bu de l'eau. DE L'EAU!

Blarney Castle

Vers trois heures, on est enfin rentrés. Et une heure et demi plus tard, Jérem s'en allait en m'abandonnant à ma triste gueule de bois. Mais bon, la sienne était pire vu qu'il a du la cuver dans un aéroport héhéhé.

Et voilà la fin de la semaine de Saint-Patrick avec lui. On ne s'ennuie pas à Cork.

J'vous embrasse bien fort.

À très vite les amis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frangin 10/05/2016 11:52

Bel article, mais ça fait un mois que je lis le même.
We need to know more :D

Elo 15/05/2016 11:27

Bin oui, mais je fais pas grand chose qui vaut la peine d'écrire un article.
J'avais prévu d'en faire un sur Galway, j'ai été malade tout le weekend. Y a pas grand chose à dire, j'ai vu beaucoup de toilettes...